Steph GEREMIA “The open road“

18 mai

ref. médiathèque : MR4115

L’Irlande n’est pas en reste de musiciens de très haut vol. Pour s’en rendre compte il suffit de voir le nombre de concours/festivals qui tout au long de l’année sont organisés par les comités régionaux du Comhaltas Ceoltóirí Éireann  dans les différents comtés et provinces du pays et à l’étranger par les comités locaux de cette association dirigés par la diaspora irlandaise. A l’occasion de ces concours jeunes et moins jeunes se mesurent dans des joutes musicales se terminant en apothéose en Irlande à la fin du mois d’août lors du fameux “ALL IRELAND FLEADH CHEOIL“  festival de musique, chant, danse,… à l’occasion duquel sera désigné par catégorie d’âge “Le/La champion(ne) d’Irlande“ de l’année pour la flûte, la cornemuse, le violon, le chant, etc… Evénement qui se tient généralement deux années consécutives dans la même ville et qui dure plus d’une semaine. Ville qui est souvent choisie en rapport avec sa capacité d’accueil – hôtels, gîtes d’hôtes (B&B) – et surtout avec le nombre de pubs qu’elle possède! Ce festival draine des milliers de personnes venant des quatre coins du pays et du monde.                                       

La flûtiste Steph GEREMIA est une de ces “jeunes perles“ issue entre autres de ce genre de concours. Née à New York de parents italo-irlandais, plongée très tôt dans la musique traditionnelle irlandaise elle quitte les Etats-Unis vers la fin de son adolescence pour parcourir les routes à la découverte des différentes traditions musicales des pays qu’elle visite. Dans ses plus jeunes années elle vécut aussi en Italie ou elle fut fortement influencée par la scène jazz, latino et folk du pays. A son retour aux Etats-Unis elle se perfectionne en étudiant à l’université les “Musiques du Monde“ et parallèlement travaille entre autres avec le légendaire musicien de jazz expérimental Anthony BRAXTON. S’ensuit alors un séjour de plusieurs mois en Inde pour y étudier la flûte traversière d’Inde du nord qu’on appelle BANSURI avec comme professeur le flûtiste P.T. GINDE, disciple du Grand Maître Panal AL GOSH.                                                                           

En tant que flûtiste Steph GEREMIA met la barre très haut. Son style de jeu “legato“ dans la plus pure tradition des comtés de Sligo et Roscommon  (nord-ouest de la République d’Irlande) est tout simplement époustouflant tant l’aisance avec laquelle elle maîtrise les techniques du souffle, du phrasé ainsi que la subtilité des ornementations et des variations – savoir-faire fondamental de la musique traditionnelle irlandaise – est étonnante. Elle résida plusieurs années dans cette région ou elle fut prise sous la tutelle des plus grands musiciens du coin comme par exemple le flûtiste Peter HORAN et plus particulièrement la famille O’DONNELL qui eut, selon ses propres dires, une influence majeure sur son style de jeu. Elle part ensuite étudier à la très réputée université de Limerick située sur la côte ouest  de la république pour y décrocher un Master Degree en “Traditional Irish Music Performance “ et pour finalement s’installer à Galway dans la région du Connemara où elle enseigne. Steph GEREMIA est membre du groupe Alan KELLY Gang au sein duquel elle officie aussi en tant que chanteuse nous montrant là une autre facette de son immense talent et fait partie également de la fameuse troupe New Yorkaise de théâtre d’avant-garde Mabou Mines  plusieurs fois primée.                                                                                                                         

 Avec ce premier CD solo “The Open Road“ entièrement instrumental, véritable trésor débordant d’assurance et de créativité, elle nous propose un choix très éclectique du répertoire traditionnel irlandais ancien et contemporain en y incluant ici et là un air de Castille (Charrada de Bercimuelle), d’Ecosse (Alasdair’s tune), de Bretagne (Carpe Diem) glané au fil de ses rencontres ainsi qu’une composition personnelle très joliment écrite (Linnane Terrace).                                                                                                                          

Quant au niveau des musiciens qui l’accompagnent tout au long de cet album, on peut se rendre compte que Steph GEREMIA n’est pas pauvre en amis musiciens d’exceptions. J’en citerai trois parmi eux : Johnny “Ringo“ McDONAGH du légendaire groupe irlandais De Danann qui met à son service d’entrée de jeu et pratiquement tout au long de l’aventure son immense talent de joueur de Bodhrán  lui offrant un soutient rythmique hors pair, Jimmy HIGGINS aux percussions diverses distillant sont talent tout en finesse au fil des plages et le jeune guitariste Matt GRIFFIN étoile montante de la scène musicale irlandaise.                                                                     

On peut déjà assurément dire que Steph GEREMIA est entrée au Panthéon des plus grands flûtistes au même titre que Peter HORAN (R.I.P.), Matt MOLLOY, Kevin CRAWFORD, Marcas O’MURCHÚ,…  Tout ce que l’on peut souhaiter c’est qu’elle ne nous fasse pas attendre trop longtemps pour nous faire à nouveau vibrer à l’écoute de sa musique.

reférence médiathèque : MR4115

   Patrick Van Uffelen
 
   Notes:    1- Comhaltas Ceoltóirí Éireann: prononcer Koltus Kiohl-toe-ree Érann  
                       (Association/rassemblement des musiciens irlandais en gaélique irlandais).             
                       Association fondée en 1951 et qui a pour mission de promouvoir et de         
                       préserver la culture traditionnelle irlandaise (musique, chant, danse ainsi que la
                       langue gaélique). Actuellement plus de 400 sections sont réparties dans le  
                       monde dont le siège central se situe à Monkstown au sud de Dublin et qui est
                       ouvert au public (vente de CD, concerts,…).

                   2- FLEADH CHEOIL: prononcer Fla Kioil (Festival ou fête de musique en gaélique
Irlandais). Le “All Ireland Fleadh Cheoil“ est un festival/concours de dimension
nationale. C’est un événement très important dans la vie d’un musicien
pratiquant la musique traditionnelle irlandaise.

3- En Irlande au niveau de la musique traditionnelle chaque région (comté) a son
propre style, sa propre façon d’interpréter le répertoire. Par exemple pour les
violonistes au niveau du coup d’archet pour réaliser les ornementations ou
pour la flûte ou la cornemuse de jouer “legato“ ou “staccato“, etc… On parle
alors du “Donegal style“, du “Sligo style“,… C’est aussi vrai pour le répertoire
qui peut être spécifique à une région.

                    4- Bodhrán: prononcer Bow-rawn (sourd, assourdissant en gaélique irlandais).
Percussion constituée d’un cadre circulaire en bois plus ou moins profond, sur
lequel est tendue une peau le plus souvent de bouc frappée soit avec une
main soit avec une petite mailloche en bois que l’on appelle Cipín (en
gaélique irlandais  –  prononcer Ki-peen) ou Stick, Tipper, Beater (en anglais).
La main restée libre permet de modifier la tonalité en effectuant
une pression plus ou moins forte sur la face intérieure de la peau.
C’est un des plus anciens instruments dans la tradition musicale irlandaise.
Il était autre fois utilisé entre autres lors de processions.       

http://www.myspace.com/stephgeremia/videos/video/107469131#   (Steph GEREMIA- Green Forest)
http://www.youtube.com/watch?v=z5kprDDH9l8    (Steph GEREMIA- Reels)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :